Daniel TERUGGI, Fugitives voix

1997
02m 39s
Réf. 00036

Notice

Résumé :

Les voix s'articulent en sept moments enchaînés dont nous entendons le troisième. Elles sont fugitives, parce qu'à peine perçues. Voix génératrices d'un dramatisme musical qui dépasse leur primitive histoire.

Type de média :
Date de diffusion :
1997
Personnalité(s) :

Éclairage

Durée totale: 17'

Les voix s'articulent en sept moments enchaînés dont nous entendons le troisième. Elles sont fugitives, parce qu'à peine perçues. Voix génératrices d'un dramatisme musical qui dépasse leur primitive histoire.

"Les deux acteurs invisibles de Fugitives voix m'ont très aimablement offert leur voix. Bien que l'enregistrement soit récent, Jean Bollery m'en a parlé il y a sept ans. Anna Maria Kieffer m'a dit un jour de 1993 : "Enregistre ma voix, tu feras bien quelque chose avec". Nous avons enregistré un certain nombre de sons et de séquences qui ont tiré parti de la maîtrise de la voix chantée d'Anna Maria, de la présence et de la profondeur de la voix parlée de Jean. Ensuite ils ont fait l'inverse, Jean s'est mis à chanter et Anna Maria à parler.

"Il a fallu ensuite développer les outils pour ciseler et découper le riche matériau dont je disposais de telle sorte que des éléments que je considérais comme essentiels pour mon travail, puissent émerger et ainsi construire la matière sonore de l'œuvre. La richesse spectrale des deux voix, les aptitudes d'articulation, la vélocité de leur diction ainsi que les longues trajectoires sonores qu'ils avaient produites, étaient les éléments qui allaient organiser et contrôler la production de mes sons.

"Les quatre générations d'instruments numériques du GRM ont servi à fabriquer les éléments de l'œuvre : Logiciels 123, Syter, GRM Tools 1.51, GRM Tools TDM Plug Ins 1 et 2, utilisés indépendamment et souvent associés pour disposer de bras multiples pour sculpter le son"

(Daniel Teruggi, 1997).